AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Critiques presse du film

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khaleesi

Team AG France°°° Fondatrice du Forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 3785
Age : 30
Localisation : Namur (BE)
Votre prénom : Lu'
Date d'inscription : 19/01/2009

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Critiques presse du film    Mer 30 Juin - 10:15

Ici seront regroupées toutes les critiques de presse à propos d'Eclipse Smile

Les commentaires constructifs sont autorisés. Si vous le souhaitez rien savoir, ne lisez pas ce topic

_________________

Tony (à Mcgee): Les ordinateurs. C'est ton truc. Si j'avais un truc, je le montrerais tout le temps.
Gibbs : Il y a des règles contre ça, DiNozzo.
Anciennement Ravenclaw
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hedlundfrance.net/
Khaleesi

Team AG France°°° Fondatrice du Forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 3785
Age : 30
Localisation : Namur (BE)
Votre prénom : Lu'
Date d'inscription : 19/01/2009

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Re: Critiques presse du film    Jeu 1 Juil - 12:03

Critique de www.avoir-alire.com

Le réalisateur de Hard Candy et 30 jours de nuit prend la saga Twilight en main. Le résultat ressemble enfin a du cinéma, parfois même à du très bon.

L’argument : Des morts suspectes dans le environs de Seattle laissent présager une nouvelle menace pour Bella. Victoria cherche toujours à assouvir sa vengeance contre elle et rassemble une armée. Malgré leur haine ancestrale, les Cullen et les Quileutes vont devoir faire une trêve et s’associer pour avoir une chance de la sauver.
Mais Bella est obligée de choisir entre son amour pour Edward et son amitié pour Jacob tout en sachant que sa décision risque de relancer la guerre entre les deux clans. Alors que l’armée de Victoria approche, Bella est confrontée à la plus importante décision de sa vie.

Notre avis : L’ouragan Twilight a su parler aux jeunes filles de toute la planète, à travers son approche calibrée de la dépression adolescente. Pourtant si son langage unilatéralement naïf, en rupture avec le monde adulte, a provoqué l’adulation sans faille des nymphettes, la saga a aussi généré d’autre part le cynisme des plus âgés au grand désespoir des producteurs en manque de reconnaissance artistique.
Les adultes, peu réceptifs aux formules racoleuses et toujours prompts à se tordre de rire devant les platitudes véhiculées par la romance tarabiscotée (un trio amoureux noyé dans les notions de Bien et de Mal) n’accrochent guère à une approche dramatique essentiellement destinée aux teenagers où les protagonistes incarnent des lieux communs antagonistes. Le torse nu de Taylor Lautner, encore ici surexploité pour affirmer l’aspect charnel et bestial de son personnage, est opposé à la figure romantico-tragique qu’incarne le rachitique et blafard Edward Cullen, joué par l’éternel vampire malgré lui, Robert Pattinson. Les oppositions binaires du scénario abondent et, il est vrai, lassent par leur facilité : le chaud contre le froid, la vie contre la mort, la populace des hommes-loups contre l’aristocratie des vampires, l’animal contre l’humain racé... et tout simplement le sexe avant le mariage contre la retenue stoïque que représente Pattinson... Tout cela tient du précis métaphorique destiné à l’adolescent en phase de découverte narrative.

En 2010, les producteurs se sont décidés à changer les choses. Enfin ! Alors que les premiers fans de la saga commencent à s’endurcir et que l’on arrive à l’adaptation du troisième bouquin de Stephenie Meyer, considéré par beaucoup comme le meilleur opus de la quadrilogie, il s’agit désormais d’apporter une vraie crédibilité au mythe Twilight, de lui offrir une consécration qui dépasse le commercial pour aller vers le respectable. A l’instar de Harry Potter 3 qui marqua une rupture esthétique dans la franchise de l’apprenti sorcier et conquit un public de cinéphiles beaucoup plus matures, le nouveau volet de Twilight cherche à en finir avec les railleries systématiques pour s’orienter vers quelque chose qui ressemble enfin à du cinéma.

Aussi, et c’est le plus important, exit la mise en scène télévisuelle de Catherine Hardwicke pour Fascination ou les images sans style de Chris Weitz pour Tentation. Les producteurs ont fait le choix audacieux d’un spécialiste de l’épouvante sans concession pour redorer le blason de la saga. David Slade, l’auteur de Hard Candy et 30 jours de nuit, se retrouve ainsi dans un univers complètement opposé à ses précédentes oeuvres, même si, en cherchant bien, elles parlaient aussi, pour la première, d’adolescente obsédée par les manifestations du sexe et, pour la seconde, de vampires assoiffés de sang. Dans Hésitation, il n’est pas question d’insuffler de la subversion au récit, même si une scène de tempête de neige très drôle au demeurant rassemble sous une tente les 3 héros lors d’un rebondissement à la limite du voyeurisme, voire même du plan à 3 ! Slade semble là pour imposer un point de vue cinématographique à une oeuvre qui rapportait des milliards sans faire l’effort du paraître : la photo, les effets spéciaux, les décors, l’action... tout était si terne avant lui ! Car oui, il faut bien l’avouer, le cinéaste parvient à amender la franchise avec le talent qu’on lui connaît.

Sa grande victoire réside dans une vision infiniment plus sombre et plus photogénique de la saga. Tout est très beau, avec un filtre froid permanent qui pèse sur l’apparente inconséquence narrative. Les plans deviennent très élaborés, justifiant enfin le format scope qui était gâché dans les deux premiers épisodes. De la fluidité, des vues aériennes amples... le réalisateur pose l’intrigue romantico-tragique dans un ensemble indéniablement cinématographique, mais pousse encore plus loin la révolution en faisant vaciller le résultat dans des zones sombres, celles de 30 jours de nuit, le gore en moins.

La première scène sur le port de Seattle donne immédiatement le ton. Alors que l’on quitte le logo embrumé et pluvieux de Summit Entertainment, on se retrouve plongé dans une vraie séquence de thriller horrifique avec l’agression nocturne a priori gratuite d’un jeune homme (Xavier Samuel, en fait le futur méchant). Le Mal est là, dès l’introduction. Il fera sentir sa présence pendant tout le film, jusqu’à la promesse d’une séquence de combat entre les Cullen (associés aux loups) contre une armée de vampires déshydratés au service de la goule Victoria (changement de casting, Bryce Dallas Howard offre sa crinière rousse au personnage très fade incarné jusqu’alors par Rachelle Lefevre, c’est un vrai plus).

Twilight 3 repose presque entièrement sur la promesse d’un combat puissant entre ces trois types de créatures. L’association contre nature du clan des Cullen avec les hommes-loups et le conflit fratricide entre vampires laissent poindre des espoirs à peine amoindris par le résultat final. La bataille, aux réminiscences de Narnia dans la composition de l’armée, est probablement un peu courte, mais assez enthousiasmante. Contrairement à la production Disney précitée, Slade s’approche au plus près du fantastique violent et mortel (beaucoup tombent durant le combat), sans verser la moindre goutte de sang. Il fait fort. En tout cas beaucoup plus fort que Catherine Hardwicke et l’ultime scène du premier volet qui se déroulait dans un petit atelier de danse assez quelconque !

Vraiment très à l’aise avec la mythologie Twilight, David Slade ne s’arrête pas à la manifestation de violence. Il développe les conflits psychologiques et surtout permet une belle introspection des personnages secondaires lors de digressions justifiées qui expliquent l’origine du Mal chez les Cullen (viol collectif implicite, massacre douloureux durant la guerre de Sécession..). Malheureusement il est aussi à l’aise avec les formules de la saga et n’oublie pas d’assaisonner son film des mêmes dialogues sentencieux que ses deux prédécesseurs, ce qui plombe parfois ses efforts. Les élucubrations romantiques et la plastique des acteurs qu’il expose dès qu’il peut ont, après tout, assuré à la franchise gloire et milliards de dollars. Il n’allait évidemment pas tuer la poule aux yeux d’or. Au moins, l’a-t-il panaché et rendu plus charismatique à nos vieux yeux cyniques. Et maintenant on pourrait presque dire, vivement le 4...

_________________

Tony (à Mcgee): Les ordinateurs. C'est ton truc. Si j'avais un truc, je le montrerais tout le temps.
Gibbs : Il y a des règles contre ça, DiNozzo.
Anciennement Ravenclaw
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hedlundfrance.net/
Khaleesi

Team AG France°°° Fondatrice du Forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 3785
Age : 30
Localisation : Namur (BE)
Votre prénom : Lu'
Date d'inscription : 19/01/2009

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Re: Critiques presse du film    Jeu 1 Juil - 12:16

parce que tout le monde à le droit d'avoir son avis ... Rolling Eyes

Critique de www.excessif.com

Enfin ! Twilight - Chapitre 3 : Hésitation débarque sur les écrans. Il faut dire que le suspense et l'attente étaient insoutenables ! Quelle idée avaient eu les scénaristes et Chris Weitz en nous laissant dans un tel état de suspense ? Mais, après 7 mois de réflexions, voilà enfin le moment libérateur. Oui, mesdames et messieurs, nous saurons enfin si Bella va dire « oui » à la demande de mariage d'Edward ! Alléluia !

Action ! Ah bon ?



Que dire donc de ce troisième opus de la saga Twilight ? Que la déception est à la hauteur d'une certaine attente. Explication : le tome 3 est, de loin, le roman qui se prête le mieux à l'adaptation cinématographique, pour la simple raison que c'est celui qui était le plus centré sur l'action, avec la guerre annoncée des vampires de Victoria contre l'alliance Cullen et Quileutes. Avec le génial David Slade (Hard Candy et 30 jours de nuit, quand même !) derrière la caméra, nous nous attendions à ce que le film bascule dans une ambiance beaucoup plus noire, plus inquiétante. Le réalisateur avait largement les moyens de faire quelque chose de cette armée de vampires nouveaux-nés, en mode zombie.



Quid de l'action alors ? Eh bien, les Cullen courent bien vite et peuvent intégrer le Cirque du Soleil avec leur numéro d'acrobaties, Victoria peut prétendre à la Médaille d'Or aux JO de saut en longueur, les jeunes vampires s'exercent joyeusement à la lutte, et le combat entre Cullen, loups-garous-qui-ne-sont-pas-des-loups-garous et l'armée de la vampire rousse a bien lieu pendant... 10 minutes ? Sinon, Edward est très efficace comme bûcheron lorsqu'il s'agit d'aller récupérer Victoria perchée en haut d'un arbre. S'il mettait autant de cœur à déraciner tous les arbres de la forêt pour récupérer le chat de la Mère Michelle, nul doute qu'il mériterait une médaille...

Je ne sais pas... J'hésite...



Parce que, malheureusement, le reste du film suit bien ce à quoi s'intéressait le livre : l'Hésitation. Bella, dans ce Chapitre 3, hésite entre son imberbe Edward et son poilu loup Jacob, entre le teint translucide du premier et la peau ambrée du deuxième, entre le grand mince et celui qui possède des abdos en 3D. C'est vrai que le choix est dur... Mais si tout était si simple dans la vie, la pauvre Bella s'ennuierait. Ce qui aurait peut-être arrangé certains spectateurs assis dans la salle, baillant comme des ours au seuil de l'hibernation face à tant de réflexions métaphysiques...



Les fans de Twilight aimeront... Les autres détesteront



Que ceux qui, en revanche, ont aimé le livre se rassurent : ils vont adorer Twilight - Chapitre 3. Tous les ingrédients du roman sont bien présents : le romantisme poussé à l'extrême (lorsque Edward réitère sa demande de mariage « à l'ancienne »), le triangle amoureux avec un Jacob qui n'hésite pas à saisir le moindre moment pour faire un petit câlin à Bella, les regards chargés d'éclairs entre le vampire et le loup-garou... La scène de la tente, notamment, mettra tout ce petit monde en émoi, tandis que les autres s'ennuieront ou éclateront de rire.

Autres éléments qui plairont aux adeptes de la saga : les flash-back. Pour ce Twilight 3, les scénaristes ont respecté le roman en proposant de découvrir les histoires personnelles de Jasper et Rosalie (qui ont enfin un rôle plus consistant que celui de simples figurants), ainsi que l'origine de la meute des Quileutes. Une attention qui respecte la « mythologie » créée par Stephenie Meyer et qui séduira.



Quant aux autres ? Les adeptes de Dracula, Lestat, Blade et autres suceurs de sang célèbres ne manqueront pas de bondir face à ce nouveau portait de la créature du vampire. Quant au romantisme de l'histoire, il reste toujours sujet à caution. Une histoire d'amour basée sur le refoulement constant du désir de Bella qui aboutit à une espèce de chantage (romantique, oui, mais chantage) de la part d'Edward, sur de la jalousie extrême qui devient quasiment du harcèlement, et à la surveillance et l'espionnage constants de la jeune femme par son amoureux, est-ce une histoire d'amour saine ? Pas sûr.



Et la mise en scène, dans tout cela ?



L'attrait de la saga Twilight est son changement constant de réalisateurs, chacun aux styles bien différents. Pour ce troisième opus, David Slade est passé derrière la caméra. Bonne nouvelle, le réalisateur ayant convaincu avec son Hard Candy, ou comment créer une ambiance insupportable et étouffante avec quasiment rien d'autre que le cadrage et la performance d'acteurs, et ensuite avec 30 Jours de Nuit, plus spectaculaire et noir.



A la vue de ces deux films, l'espoir était que le réalisateur puisse, tout d'abord, réussir à faire des scènes intimes où tout le monde blablate de vrais moments de tension, à les redynamiser, et ensuite que les scènes d'action prennent une véritable ampleur, un nouveau souffle. C'est raté. Même si les fans du film et du livre vont bondir en lisant cela, il faut avouer que Twilight 3 nous a conforté dans l'idée que, quelque soit le réalisateur derrière la caméra, la saga du Désir Interdit ne sera jamais cinématographique à cause de son histoire. Le déséquilibre entre un romantisme gnangnan et poussif et des scènes d'action rares et finalement peu efficaces est bien trop fort...



On ne niera pas que David Slade a réussi deux ou trois bons moments, notamment avec les jeunes vampires, comme la séquence d'ouverture du film, qui tranchait avec ce que l'on avait déjà vu dans les deux premiers volets, et qui laissait une illusion de renouveau de la franchise. Illusion, seulement. Côté performances d'acteurs, rien à signaler par rapport aux premiers films. Bella continue de froncer des sourcils pendant tout le film, Edward garde son regard intense sensé faire peur au grand méchant loup qui, de son côté, continue de rouler des mécaniques tout en étant allergique au T-Shirt... On le comprend, c'est mieux pour un bronzage uniforme... Pas de quoi décrocher un Oscar, donc.

Twilight - Chapitre 3 : Conclusion



Les fans adoreront. Les romantiques se pâmeront. Les cyniques rigoleront. Les adeptes de beau cinéma, de grandes histoires d'amour passionnelles et de « vrais vampires » détesteront...



Ce Twilight - Chapitre 3 est une véritable désillusion, alors que beaucoup était attendu de cet opus. Après lecture du tome 4, qui comporte des scènes aux sous-entendus franchement scandaleux et de longs moments d'attente, on craint le pire pour les deux derniers films de la saga Twilight...



Anne-Louise ECHEVIN






_________________

Tony (à Mcgee): Les ordinateurs. C'est ton truc. Si j'avais un truc, je le montrerais tout le temps.
Gibbs : Il y a des règles contre ça, DiNozzo.
Anciennement Ravenclaw
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hedlundfrance.net/
Khaleesi

Team AG France°°° Fondatrice du Forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 3785
Age : 30
Localisation : Namur (BE)
Votre prénom : Lu'
Date d'inscription : 19/01/2009

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Re: Critiques presse du film    Jeu 1 Juil - 12:32

par www.ninapeople.com

Twilight Chapitre 3 : Hésitation : La critique!!!

Avertissement préalable :

Eclipse est sans conteste le meilleur des trois films de la saga Twilight. Action et romance sont au rendez-vous ce qui en fait le plus accessible. Les fans seront ravis de la fidélité du film au roman, et d'un trio Pattinson/Stewart/Lautner au meilleur de sa forme. Anti fleur bleue et réfractaire au romantisme à l'ancienne, passez votre chemin !

ATTENTION SPOILERS!!!

Résumé :

Bella a retrouvé son Edward, qu'elle a sauvé d'une mort certaine chez les Volturis. Elle essaie de concilier son amour pour le beau vampire avec son amitié pour Jacob, son meilleur-ami loup-Garou. Leur lutte va cependant être mise de côté car le danger rode : des morts suspectes sont rapportées à Seattle. Une armée de vampires nouveaux-nés serait à l'oeuvre. Et Victoria, qui a juré la mort de Bella, serait derrière tout ça. Pour la combattre, le temps va être venu pour la famille Cullen de s'allier aux Quileutes, leurs ennemis ancestraux. Et Bella, de son côté, devra faire un choix.

Ce qu'on en pense :

Les premiers instants peuvent surprendre : on suit un jeune homme à la sortie d'un bar. La nuit tombe, la pluie est battante. L'inconnu (Xavier Samuel) est pris en chasse par un agresseur mystérieux, qui finit par l'attaquer dans une ruelle sombre. On le laisse se tordant de douleur avec une méchante morsure à la main. Est ce qu'on s'est trompé de salle ?
Avec la scène suivante, où Edward (Robert Pattinson) s'amuse à demander la main de Bella (Kristen Stewart) dans la fameuse (et célèbre) clairière, les doutes s'envolent : il s'agit bien d'Eclipse, le troisième film de la saga Twilight, plus besoin de vous la présenter d'ailleurs. Mais un Twilight à la sauce Slade.
Après un premier volet (Twilight/Fascination) maladroit mais attachant, un second (New Moon/Tentation) incohérent, inesthétique et cul-cul, voici un Twilight plus sombre, plus mur et pêchu. Bien entendu, on est loin des autres réalisations de Slade. La famille d'Edward le vampire propre sur elle et "végétarienne" passe pour le clan des Bisounours si on la compare aux très méchants et moches vampires qui zigouillent une petite ville paumée de l'Alaska dans le sanglant 30 jours de nuit. Malgré tout la noirceur est présente. La "sortie de l'eau" de l'armée des nouveaux-nés semble tirée d'un film de zombies.

Eclipse est le plus abouti visuellement : enfin les effets spéciaux sont à la hauteur ! Les batailles et les poursuites tiennent la route, les loups-Garous ressemblent à quelque chose. Même le maquillage des vampires s'est amélioré. Souvenez-vous dans le second volet, on peinait à croire à la beauté d'Edward tant le maquillage lui donnait un petit air d'Oncle Fétide. Rassurez-vous mesdemoiselles, l'apollon est de retour.

On en oublierait presque que Twilight est avant tout une histoire d'amour. Si le film s'attache davantage à l'armée de vampires nouveaux-nés que le roman, le triangle amoureux qui est le point central de l'intrigue est bien présent. Bella va prendre son temps pour choisir entre Edward, un peu vieux jeu mais sexy, et Jacob (Taylor Lautner), fougueux, sexy aussi et qui a l'avantage d'être humain. Les scènes d'amour sont un cran au dessus, et on a le droit à quelques sympathiques combats de coqs.

Pour ne rien gâcher, le jeu des acteurs s'est considérablement amélioré. La complicité du trio crève l'écran. Surtout pour le couple Pattinson/Stewart, cette fois ci à la hauteur des attentes. Les scènes "sensuelles" risquent d'ailleurs de relancer une nouvelle fois les rumeurs Robsten...
Kristen Stewart s'est calmée sur les mimiques, Robert Pattinson a perdu son air crispé, Taylor Lautner est dans le ton. Les petites touches d'humour permettent de dédramatiser les moments cul-cul ou lourds du film. Comme le côté "sans chemise" de Jacob qui finit par sérieusement agacer. La pique d'Edward "Does he own a shirt ?" n'en est que plus savoureuse.
Du côté des personnages secondaires, plus développés dans Eclipse, mention spéciale à Charlie Burke, qui joue le père de Bella à l'écran. La scène où il questionne maladroitement sa fille sur sa "virginité" est très comique et sincère. Qu'il se rassure : Edward est old-school ! Parfois trop, mais on lui pardonne. Il est né au début du vingtième siècle, bien avant la révolution sexuelle !

_________________

Tony (à Mcgee): Les ordinateurs. C'est ton truc. Si j'avais un truc, je le montrerais tout le temps.
Gibbs : Il y a des règles contre ça, DiNozzo.
Anciennement Ravenclaw
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hedlundfrance.net/
Lena

Ce membre est un°°° Posteur Bavard
avatar

Féminin Nombre de messages : 389
Localisation : Suisse
Votre prénom : Elodie
Date d'inscription : 03/01/2010

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Re: Critiques presse du film    Jeu 1 Juil - 12:57

ho merci!!!
c'est cool!!
Revenir en haut Aller en bas
http://hellcats-fan.forumotion.com/forum.htm
Khaleesi

Team AG France°°° Fondatrice du Forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 3785
Age : 30
Localisation : Namur (BE)
Votre prénom : Lu'
Date d'inscription : 19/01/2009

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Re: Critiques presse du film    Mer 7 Juil - 16:21

Twilight 3 : les fans sont enthousiastes !

Twilight 3 met en scène le choix de Bella entre Edward et Jacob. Le film respecte-t-il le livre de Stephenie Meyer ? Voici notre avis et celui des fans de la saga.


Twilight 3 semble être beaucoup plus proche du livre Hésitation que le second volet. Alors que Tentation avait supprimé de nombreuses scènes du roman, Hésitation respecte les grandes lignes de Stephenie Meyer dans le livre.

On retrouve la fameuse scène de demande en mariage dans la chambre d'Edward. Un moment de romance qui est très bien retranscri à l'écran.

La plupart des fans s'accordent à dire que ce troisième volet est plus impressionnant au niveau de l'action. En effet, David Slade, le réalisateur, a mis les bouchées doubles sur les effets spéciaux. Les scènes de combat sont impressionnantes. On peut enfin voir toute la famille Cullen en pleine action. Chacun des membres est puissant et rapide.

La tension entre Edward et Jacob apporte aussi une touche d'humour qui n'était pas présente dans les deux volets précédents. Un plus qui égaye cette saga qui reste assez sérieuse la plupart du temps.

David Slade a su, avec brio, adapter à l'écran le troisième tome de Stephenie Meyer. On attend la suite avec impatience.

news-de-stars

_________________

Tony (à Mcgee): Les ordinateurs. C'est ton truc. Si j'avais un truc, je le montrerais tout le temps.
Gibbs : Il y a des règles contre ça, DiNozzo.
Anciennement Ravenclaw
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hedlundfrance.net/
LoveAsh

Ce membre est un°°° Posteur Actif
avatar

Féminin Nombre de messages : 483
Age : 27
Localisation : France
Votre prénom : Fanny
Date d'inscription : 04/07/2010

Exprime toi!
J'ai envie de dire:

MessageSujet: Re: Critiques presse du film    Mer 7 Juil - 17:07

oui ils ont parfaitement raison, c'est tout à fait çaaaa ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques presse du film    

Revenir en haut Aller en bas
 

Critiques presse du film

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashley Greene France ::  :: Filmographie :: Saga Twilight [2008 à 2012] :: Eclipse [2010]-
Sauter vers: